ARCENCIEL ALGERIE

Arc en Ciel et UICN-MED pour la préservation et la réhabilitation de 'Abeille Saharienne.

Dans le cadre du projet PPI OSCAN Algérie, et en coordination avec UICN_MED et financement du FFEM et la Fondation MAVA. L’association Arc en Ciel, Ain Sefra, a bénéficié d’un projet pour la réhabilitation et le plaidoyer en faveur de l’Abeille Saharienne.

Le projet consiste à introduire l’insémination artificielle chez les abeilles a fin de préservé l’abeille saharienne endémique à la région de Ain Sefra et menacer d’extinction.

Au-delà de la multiplication les reines sahariennes artificiellement, Notre projet transfrontalier se veut un plaidoyer pour ce patrimoine naturel, aussi un chantier de travail qui va réunir des scientifiques, des chercheurs, des OSCs, des institutions étatiques, des partenaires locaux et maghrébins ainsi que les apiculteurs de la région autour de la sauvegarde de l’Abeille Saharienne.

 

Cheikh Bouamama

Biographie:Mohamed Ben Larbi Ben Brahim, dit

Cheikh Bouamama, a été affublé de ce surnom toute sa vie durant parce qu'il portait un turban (âmama) sur la tête, semblable en cela à tous les Arabes. Issu de la famille des Ouled Sidi Taj, treizième fils que le premier aïeul de la famille a eu de sa seconde épouse de Figuig, il est connu comme descendant de la branche des Ouled Sidi Cheikh de la région Ouest.
Bouamama naquit probablement entre 1838 et 1840 à Ksar El Hammam el-Foukani, dans la région ouest de Figuig. Durant cette phase difficile de l'histoire d'Algérie, sa famille fut obligée de s'exiler, de quitter le pays pour s'établir en territoire marocain.Cela coïncida en outre avec la signature du traité de Lalla Maghnia en 1845 entre les autorités françaises et le sultan marocain Abderrahmane. Son père, Cheikh Larbi ben El Horma, qui pratiquait le commerce des burnous et des bijoux entre la région de Figuig et  Moghrar

Lire la suite : Cheikh Bouamama

   

Aïn-Sefra(Pré-histoire)

Aïn-Séfra et son ksar, de l’antiquité à l’invasion française

La présence humaine à Aïn-Séfra et ses environs est très ancienne. Elle remonte, au moins, à la période néolithique où l’on utilisai t les outils en pierre. Les preuves de cette présence nous sont fournies, en particulier, par les gravures rupestres, très nombreuses dans la région –- les gravures les plus proches représentant des éléphants se trouvent à Mehisserat, à 7

km d’Aïn-Séfra --. Ces gravures représentent en général les animaux de l’époque et quelques personnages ; pour ce qui est de la signification de ces gravures, l’on pense que, suivant les cas, ces dessins gravés dans la roche devaient jouer un rôle magique, artistique ou religieux –- on rappellera qu’à cette époque, il y avait des tendances à la zoolâtrie, comme, par exemple, le culte du bélier --. En c

e qui concerne la datation, un

grand problème se pose car l’on n’a pas trouvé, à proximité de ces gravures, de restes humains. Nous n’entrerons pas dans les détails mais, selon la répartition des différents étages de gravures, les différentes techniques et les différentes théories des chercheurs tels Hamy (1882), Dr Bonnet (1888), Flamand (1892), suivis, au 20e siècle, par Breuil, Roubet, Vaufrey, Pallary et Lhote, l’on peut situer la réalisation de ces gravures entre 10 000 et 2 500 ans av. JC. Nous pouvons dire, avec Lhote, que l’âge moyen des gravures rupestres de la région est de 5 000 ans av. JC.

Lire la suite : Aïn-Sefra(Pré-histoire)

   

Ksar Ain Sefra

Ain Séfra,au sud-ouest de l'Algérie, est a l'extrémité des montagnes de l'atlas, elle est la porte du sahara.Elle est addossé au massif du Djébel Mekter, en avant duquel s'étend une ligne de dunes longues de 15 à 20km. De l'autre coté de l'oued, la magnifique couleur d'or rouge des dunes met dans le paysage une note éclatante et imprévue.Située à 32° 45’ latitude nord et à 36° 2’ 24 » de longitude ouest de Greenwich, à 400 km d’Oran par la piste ( RN 6), par voie ferrée à 493 km, à vol d’oiseau à environ 300 km. Aïn-Séfra, grosse bourgade plantée aux confins des hauts-plateaux, aux portes du Sahara à la bordure Nord de l’Atlas saharien.Le village ,entre hauts plateaux et la fournaise du Sud, est bâti au confluent des oueds Bridj et Mouillah au centre des Monts des Ksours et culmine à 1070 mètres entre le Djebel Mekter (2062 m.) au sud, le Djebel Aïssa (2236 m.) au nord-est, les Djebels Morghad (2135 m) et Hairech (1686 m) au nord-ouest et le Djebel Smir (1800m) au sud-ouest.

Lire la suite : Ksar Ain Sefra

   

Ksar Moghrar Tahtani

Palmeraie aux dattes délicieuses, son vieux Ksar conservé farouchement par ses habitants garde encore son originalité d’autan, parcourir ses ruelles c’est respirer l’air frais et sentir l’odeur du passé et son artisanat avec la promenade dans les Jardins et les montagnes. Moghrar-Tahtania( à 45 Km d'Ain Séfra), qui a environ 7000 habitants, possède une forêt de palmiers arrosée par une source. Le minaret e la mosquée s'élève au-dessus du Ksar. C'est dans ce Ksar que prit naissance l'insurrection de Cheik Bouamama en 1880. aprés une répréssion aveugle et sanglante,le général Delbecque,a y mit fin en 1908. Depuis 1883, un poste avancé de spahis a été placé dans les deux Moghrar. L'oasis de Moghrar est aussi classé Zone humide par la convention RAMSAR.


Lire la suite : Ksar Moghrar Tahtani

   

Vie Traditionnelle

Souk hebdomadaire des moutons Souk hebdomadaire: vente des tapis El Mensedj pour tisser une Zarbia (Tapis) Outil utilisé pour le calcul et la distribution de l'eau de Fougara Mehraz Traditionnel Des outils et ustensiles pour la vie traditionnelle

   

El Ouaada(El Waâda)

El Ouaada est un genre de festival populaire qui rassemble une population qui partage généralement les mêmes origines ou habite la même région ce qui est le cas du Medjadba pour La Ouaada de Sid Ahmed el Medjedoub à Asla , les Ouled Sid Etadj pour la ouaada de Moghrar , les noirs pour la Ouaada  Sidi Blel et les bni Boutkhil pour la Ouaada de Sidi Boutkhil à Ain Séfra .La Ouaada porte souvent le nom d'un Wali(un saint)ou un Marabout ,Les Ouadat de Asla et de Moghrar étaient jadis un grand événement  commercial (d'ailleurs jusqu'à maintenant) où les gens proposaient des troques de marchandises (par exemple du blé contre des dattes..etc.). La Ouaada de nos jours c'est une continuité de celle d'autrefois,seulement sans troque et surtout pour que tous le monde se rassemblent (de l'est ,de l'ouest,du nord ou du sud)et partagent des moments forts avec du folklore ,du fantasia et de la générosité des tribus qui organisent la manifestation (El Joud wa el karam),du Mercredi au Vendredi,trois jours où il y a que la BARAKA qui existe et notamment beaucoup de couscous et du thé servi à tous les visiteur et à tous moment jusqu'au Maârouf de l'après-midi de vendredi : un rassemblement présidé par un vieux cheikh qui demande la grâce d'Allah et sa bénédiction; et que la Sadaka (Le don) sera acceptée en priant Allah pour qu'il porte prospérité et joie à  notre pays et  toute l'humanité .Les Ouaadat de Sidi Blel et Sidi Boutkhil sont moins importante par rapport au précédente mais le folklore et El karam sont toujours garantis .A signaler que tous les Ouaadat de la région d'ain Séfra sont célébrées durant le moi d'octobre.

Lire la suite : El Ouaada(El Waâda)

   

Faune et Flore

Les espèces végétales et notamment animales qui sont menacées d’extinction prochaine à Ain Séfra sont nombreuses,  où se concentrent un grand nombre d’espèces d’affinités sahéliennes et éthiopiennes ; Il y a même des espèces éteintes dans cette région  (Le lion d'atlas 1912), ainsi qu'a la disparution du Gazelle leptocère ...etc. Il ne sont plus,que des souvenir

Lire la suite : Faune et Flore

   

Page 1 sur 2